MOUVEMENT NKUL BETI
   CAMEROUN             AFRIQUE             MONDE
Repcam (Relais Enfants-Parents du Cameroun)
Source, auteur, copyright
Propos recuillis par André Ekama, Ecrivain
« L’enfant du détenu ne doit plus être stigmatisé et marginalisé dans nos familles, il ne doit plus payer les erreurs de son/ses parent(s). »
     Date de publication: 22-01-2012   05:42:18
Claire Mimboe,
Présidente fondatrice du Repcam (Relais Enfants-Parents du Cameroun)
parle de son association:

Âgée de 40 ans et mère de 3 enfants, elle a dirigé pendant 11 ans l’Institut Samba secondaire à Yaoundé. C’est une passionnée par le monde de l’enfance qui a du démissionner de l’établissement pour se consacrer aux œuvres caritatives. Elle est présidente fondatrice du Repcam (Relais Enfants-Parents du Cameroun).
Cette ONG caritative qui est basée à Yaoundé a été créée le 16 février 2006 au Cameroun et est depuis 3 ans dispose d’une représentativité en France. La mission primordiale de Relais Enfants-Parents du Cameroun est la prévention surtout celle d’éviter qu’un enfant de détenu ne devienne à son tour un délinquant (tel père tel fils). Elle œuvre au maintien du lien parental ; La prise en charge médicale et vestimentaire des bébés qui naissent et vivent auprès de leurs mères incarcérés ; La création d’espaces spécifiques pour humaniser les rencontres ; L’accompagnement psycho-social des enfants des détenus, etc..
Toujours proche des enfants, déjà du temps où elle était en fonction elle était en contact ou assistait des Orphelins et Enfants Vulnérables (OEV).

Les motivations

Elle raconte un peu comment elle a fini par créer cette ONG. Une histoire certes drôle mais qui est douloureuse. Car dit-elle quand elle vint au contact d’un petit garçon de 5ème qui volait des livres pour être arrêté afin de retrouver sa mère incarcérée depuis quelques années car son père le délaissait à cause de sa nouvelle épouse qui le traitait de tous les noms d’oiseaux, ce qui l’a amené à faire une fugue et à devenir un enfant de la rue, dormant sur les cartons au Boulevard du 20 mai de Yaoundé…
Touchée par cette situation elle décide de mener une action auprès de ses parents : celle-ci consiste à avoir un entretien à quatre (elle, l’enfant, le père et la nouvelle épouse du père) et à accompagner l’enfant rencontrer sa mère en prison moyennant une petite « motivation » (argent) mensuelle à la nouvelle épouse du père. Au bout de deux mois l’enfant s’est métamorphosé, il est devenu le meilleur élève de sa classe et l’un des modèles de propreté de l’établissement. Cette métamorphose l’a motivé et elle a décidé de tout essayer pour aider tous les enfants se trouvant dans la même situation.

Une ONG en expansion

Le Repcam est passé de 16 enfants en 2006 à 549 enfants en 2012.
Aussi au départ les activités qui ne se limitaient qu’à la prison centrale de Yaoundé couvre aujourd’hui celles de Mfou et la prison principale de Yaoundé.
Le nombre d’adhérents est passé de 6 à 35 membres inscrits. Et enfin le budget est parti de 250.000frs cfa en 2006 à plus de 13 millions en 2011.
Nous ne faisons aucune distinction entre les détenus.

Un Bilan

Je suis assez satisfaite mais je pouvais faire mieux, je rends grâce à Dieu !
Au fur et à mesure des visites et de la relation nouvelle qui s’établit, on a remarqué une progression très nette chez l’enfant, sur le plan psychologique et dans les résultats scolaires.
De même, les responsables pénitentiaires ont noté une amélioration sur le comportement du détenu, enfin relié à la réalité la plus positive pour lui, son enfant qui grandit.
Les familles et autres populations qui étaient réfractaires à notre projet ont totalement changé d’avis entre 2006 et 2012, le regard stigmatisant les enfants des détenus est entrain de changer totalement.
L’enfant du détenu ne doit plus être stigmatisé et marginalisé dans nos familles, il ne doit plus payer les erreurs de son/ses parent(s).

Une rétrospective

Au début les parents détenus ne nous ont pas fait confiance car habitué d’après eux aux associations qui ne faisaient pas ce qu’elles disaient et aussi ils avaient peurs de confier leurs enfants aux inconnus. Aujourd’hui les parents comme les enfants comptent les jours en attendant la prochaine rencontre avec leurs proches. Certaines mamans disent que « le Repcam est une bénédiction de Dieu ».

Attentes

Nous sommes ouverts à tout partenariat qui peut contribuer à l’épanouissement de nos cibles privilégiées. . Nous ne faisons aucune distinction entre les détenus. Nous voulons être aidés
à sensibiliser les masses, nous apporter des donateurs publics et privés pour le fonctionnement de notre association. Nous vous interpellons pour soutenir notre projet afin de nous aider dans l’organisation des collectes des vêtements, chaussures et autres besoins pour nos enfants, de participer à nos campagnes de parrainage d’enfants pour leur prise en charge globale, de participer à la collecte des fonds qui vont nous permettre d’acheter un petit car de transport.
Propos recuillis par André Ekama, Ecrivain

Contactez:
Claire MIMBOE NDI-SAMBA
Relais Enfants-Parents du Cameroun
http://relaisenfantsparentscameroun.over-blog.com
00237.94.11.83.81
   Commentaires - [Total : 0]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
Propos recuillis par André Ekama, Ecrivain
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES