MOUVEMENT NKUL BETI
   CAMEROUN             AFRIQUE             MONDE
Cameroun. Les détourneurs sont en cage, mais où sont les fonds détournés ?
Source, auteur, copyright
cameroonvoice.com - Edouard Kingue
Plus d’une dizaine de hauts responsables sont aujourd’hui en prison pour détournement de fonds publics. Avec le groupe Marafa accusé d’avoir distrait « entre 2001 et 2004 », plus de 14 milliards Cfa « une somme destinée à l’achat d’un avion pour les déplacements du chef de l’Etat », au total plus de 200 milliards FCfa ont été puisés dans les caisses de l’Etat. Qui va rembourser ?
     Date de publication: 27-09-2012   09:30:51
Le pouvoir a tout essayé pour récupérer cet argent, parfois en recourant à toutes sortes d’escrocs internationaux bombardés experts de quelque chose. On se souvient aussi d’un certain Dooh Collins, que Amadou Ali, l’ancien Garde des Sceaux avait commis pour reconstruire la traçabilité des fonds perdus, en vain. On se souvient de Me Verges qui a fait un petit tour tant à la chancellerie qu’à la présidence, avant de s’en aller vers d’autres horizons, sans rien rapporter au contribuable camerounais dont l’argent est mangé à toutes les sauces. Toutes ces gesticulations politico-médiatiques n’ont rien donné.

Comment donc faire pour récupérer cet argent ? Personne ne croit plus au retour officiel de la cagnotte spoliée. D’autres en sont même à se demander si cela n’est pas voulu ainsi. Car les personnes aujourd’hui poursuivies ou condamnées pour détournement de fonds publics ont longtemps été pointées du doigt avant leur embastillement. Même l’idiot de la famille a eu le temps de planquer son butin et quand on sait que les « éperviables» ne sont pas pour la plupart des enfants de chœur…

Fortement écornée, l’Opération Epervier a perdu de sa crédibilité, non seulement au regard de la manière dont les enquêtes ont été conduites, avec une dose d’amateurisme que certains vont jusqu’à qualifier de complaisance, malgré le mépris affiché parfois contre certains détenus qui ont subi des interpellations spectaculaires et de mauvais traitements dénoncés et décriés. Des mauvais traitements indignes d’un Etat de droit autoproclamé.

Si des détenus comme Etonde Ekoto ou Booto à Ngon ont bénéficié de certains égards, comparaissant libres au demeurant, d’autres comme Abah Abah ou Olanguena Owono ou encore Yves Michel Fotso ont subi des arrestations spectaculaires et des traitements dégradants. Et si tout cela était de la mascarade ? Du chiqué pour gogos de bistrots qui avalent de grosses couleuvres tandis que les milliards prennent la tangente, allant respirer l’air frais sous les cieux des paradis fiscaux? La question qui intéresse l’opinion publique est de savoir quand les milliards de la discorde reviendront au chaud dans les caisses du trésor public ? Y reviendront-ils ou devrons-nous nous contenter de faire les décomptes de lourdes et inutiles peinent de prison qui ne font même plus peur aux détenus ? Ils ne sont même pas dissuasifs. La libre manipulation de fonds publics s ’opère allégrement dans plusieurs régies, sous l’air de «allez dire» !

Ecuries de la République

Déclenchée en 2006, l’opération de lutte contre la corruption continue de faire des ravages dans la classe politique et la haute administration. Avec le procès Marafa et d’autres encore qui s’annoncent, à ce jour, plus d’une dizaine d’affaires impliquant près d’une centaine de personnes, pour plus de 200 milliards FCfa détournés, sont enrôlées dans différents tribunaux du pays.

Fonds spécial d’équipement et d’intervention intercommunale du Cameroun (Feicom) : 26 milliards, vingt-deux personnes (peines allant de dix à vingt ans), dont Emmanuel Gérard Ondo Ndong, le directeur général. Société immobilière du Cameroun (Sic) : 4,7 milliards, huit personnes condamnées, dont Gilles-Roger Belinga, Dg.

Direction des impôts : 2 milliards, quatre personnes détenues, dont Polycarpe Abah Abah, ancien ministre de l’Économie et des finances. Fonds de l’Onusida : 700 millions, sept personnes poursuivies, dont Urbain Olanguena Awono, ministre de la Santé publique, interpellé en 2008.

Chantier naval et industriel du Cameroun (Cnic) : 969 millions, deux personnes détenues, dont Zacchaeus Mungwe Forjindam, Dg. Crédit foncier du Cameroun : 9 milliards, vingt et une personnes condamnées, dont Joseph Edou, Dg.

Société camerounaise des dépôts pétroliers (Scdp) : 900 millions, six personnes détenues, dont Jean-Baptiste Nguini Effa, Dg.

Albatros : estimé à plus de 22 milliards, quatre personnes arrêtées en 2008, dont Jean-Marie Atangana Mebara, Secrétaire général de la présidence, Jérôme Mendouga, ambassadeur du Cameroun à Washington, Hubert Otélé Essomba, représentant au Cameroun de la Société britannique Aircraft Portfolio Management (Apm). Yves Michel Fotso, ancien directeur général de Cameroon Airlines, les rejoint à Kondengui le 1er décembre 2010. L’affaire Cameroon Airlines estimée à 127 milliards a entraîné l’interpellation de Paul Gabriel Ngamo Hamani, administrateur provisoire de l’entreprise.

Port autonome de Douala (Pad) : 12 milliards, treize personnes condamnées, dont Édouard Etondè Ekoto, président du conseil d’administration, Alphonse Siyam Siwé, ministre de l’Eau et Dg du Pad, François Marie Siéwé Nitcheu, directeur des infrastructures portuaires.

Ministère des Travaux publics, 7 milliards. Dieudonné Ambassa Zang, ministre et député principalement visé est en fuite. Comme quoi, l’oiseau ne dort que d’un œil.

Conformément aux promesses de Paul Biya dans son discours de fin d’année en 2009, d’aller jusqu’au bout « quoi qu’en disent certains », le désormais fameux rapace continue donc le nettoyage des écuries de la République. Sans rien rapporter au contribuable hélas…Les prisonniers sont en cages, mais où sont les fonds détournés ?
   Commentaires - [Total : 0]
  Pour écrire un commentaire, connectez-vous en cliquant ici
MENTIONS, COPYRIGHTS
cameroonvoice.com - Edouard Kingue
Warning. A l’attention de tous nos visiteurs internautes !
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorise que « les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective ». Tous les éléments présentés sur notre site MNB (images, vidéos, extraits sonores, textes, photos, logos, illustrations, etc.) sont soumis de facto au droit d'auteur, même si leur accès est libre et gratuit et qu'aucune mention de copyright © ne précise qu'ils sont protégés !

Lors de vos utilisations, reproductions ou représentations d’une œuvre ou d’une partie d’œuvre publiée sur notre site, il est donc conseillé d’obtenir au préalable, le consentement de son auteur, de citer l’auteur et la source originale éventuelle de ladite œuvre. Faute par le copiste de respecter cette démarche, il s’expose seul aux lois, poursuites et condamnations en vigueur, lesquelles combattent le plagiat et la contrefaçon.
NOS PARTENAIRES